Parfums : le jeu des sept familles olfactives

Nino Amaddeo est animé d’une passion dévorante pour la parfumerie. Comme tous les artistes, il avance à pas de géants. Son univers est riche et intense et il est doux et aisé de s’y perdre. Aussi, pour vous aider à mieux envisager toute la prodigalité du monde du parfum, nous avons demandé à des professionnels de nous décrire ce qui pourrait s’apparenter à un grand jeu des 7 grandes familles, et vous révéler les secrets des fragrances que vous aimez tant. Car il existe 7 grandes familles qui reprennent les différentes caractéristiques olfactives. C’est leur connaissance, l’expertise que les maîtres parfumeurs ont de leurs caractéristiques uniques qui composent ce parfum riche et puissant, qui vous enivre et vous séduit. Votre parfum. C’est une telle alchimie subtile, savante et artistique, un tel jeu d’équilibriste sur le fil des fragrances que nous avons décidé d’en faire une série de deux articles. Suivez-nous dans cette aventure !

Les Hespéridés : l’ancêtre de tous les parfums

C’est la famille olfactive préférée de Nino Amaddeo… Composée essentiellement d’agrumes tels que le citron, l’orange, la mandarine et le pamplemousse, elle accueille également la fameuse Bergamote de Calabre, qui embauma les premiers jours du créateur. Plus encore, les notes de ce fruit constituent, par leur fragrance inimitable, un véritable emblème de la French Riviera et de la cote italienne. Les hespéridés constituent en outre la plus ancienne des familles en parfumerie. Elle partage cette ancienneté avec l’eau de Cologne créée en 1806 par JeanMarie Farina, toujours commercialisée aujourd’hui. Très volatiles, les notes hespéridées sont souvent utilisées comme notes de tête, car elles disparaissent très vite. Ephémères, elles s’attachent peu à la peau. C’est ce qui explique que l’on décrive souvent les parfums hespéridés comme étant frais, légers et acidulés. Les agrumes apportent à la fragrance un pétillant particulier, qui s’échappe pour laisser place au notes de coeur, souvent florales pour les femmes, ou boisées pour les hommes.

Les Floraux : famille nombreuse

La famille des floraux force l’évidence. Elle est la plus utilisée en parfumerie, notamment dans les fragrances féminines. Les notes florales ont toujours été largement exploitées car elles sont rafraîchissantes, faciles à porter et bénéficient d’une vaste palette de senteurs. La note la plus utilisée est la rose, notamment la plus connue, la Centifolia, véritable icône de la parfumerie. On la connaît sous de nombreux noms, comme la Rose de mai ou encore, fille du Sud, la Rose de Grasse. Elle pousse en effet dans le sud est de la France et se récolte à l’arrivée des beaux jours. C’est une note chère aux yeux de Nino, comme une grande dame à qui il donne rendez vous chaque année au mois de Mai. C’est d’ailleurs à sa fille, Love Rose, qu’il dédie Fabulous Rose, aux notes assumées de pêche, rose et patchouli. Il existe une toute autre branche à cette famille, celle des fleurs blanches. On note ces dernières années un engouement particulier pour ces notes particulières, comme le jasmin, la tubéreuse, l’ylang ylang, le neroli ou encore la fleur d’oranger. Surprenantes, elles attirent l’attention avec leur fragrance enveloppante qui déploie sur la peau un voile sensuel, presque charnel. Nino les aime particulièrement pour leur chaleur solaire naturelle, qui lui rappelle des souvenirs d’îles paradisiaques, comme une invitation au voyage.

Les Orientaux : filles de l’ambre

Les ambrés, famille orientale, plongent au berceau des fragrances suaves où se mêlent des accords boisés et épicés… Plusieurs notes représentent assez bien cette famille. Vanille, tabac, baume, résine… Cependant nous avons choisi de nous concentrer sur les plus utilisées que sont l’Ambre et le Patchouli. L’ambre, connue depuis la nuit des temps, n’a commencé à être vraiment utilisée en parfumerie qu’au début du XXe siècle, pour augmenter la tenue des parfums pour femmes. C’est cependant Jacques Guerlain qui en 1925 révolutionnera cette matière avec son célèbre Shalimar. Les parfums ambrés sont connus pour leurs notes chaudes, sucrées et souvent épicées laissant sur leur passage un sillage sensuel inoubliable, qui explique que les orientaux attribuaient autrefois à l’ambre gris des vertus aphrodisiaques… Nous ne nous étendrons pas sur le mythique Patchouli, aux tropicales racines indonésiennes, car vous pouvez en retrouver tous les secrets ici. Mais sachez que l’on estime que les parfums orientaux représentent aujourd’hui 40 % des ventes en parfumerie… C’est dire si la famille des ambrés est riche ! Chez Nino, elle se dessine au sein de Patchouli by Nino ou encore, d’Ambre by Nino.

Les Chyprées : triangle amoureux

La famille chyprée se structure autour d’un accord triangulaire de bergamote, rose, mousse de chêne et patchouli… Née en 1917 de la main du parfumeur François Coty, que beaucoup considèrent comme le père de la parfumerie moderne, cette famille tire son nom du parfum Chypre qui la consacra pour la première fois. L’histoire du nom lui-même vaut le détour. En effet, à l’époque, la mousse de chêne, note emblématique de cette famille olfactive, transitait par l’île de Chypre. François Coty a donc choisi ce terme, aux saveurs riches et profondes. Les parfums chyprés sont généralement féminins, associés à des fragrances parfois qualifiées de « vintage », renvoyant à des parfums plus anciens. Nino Amaddeo revisite cette famille et la modernise en lui apportant des notes de pêche sucrée à travers sa création Fabulous Rose.

Arrêtons là cette première étape sur les chemins odorants qui sillonnent l’univers de Nino Amaddeo et prenons rendez-vous pour poursuivre ensemble notre route. Car il reste encore quelques grandes familles à visiter en chemin. Nous les découvrirons dans un prochain article.